Dante infini

Dante est si complexe qu’il peut être lu toute une vie, à tous les âges, et à chaque lecture il nous offre des visions différentes car la Divine Comédie est un véritable trésor d’images…
Alors j’ai eu envie aussi de faire ma version qui se situe entre l’illustration, la BD, le cinéma, le jeu vidéo.
En lisant Dante, ces 20 dernières années, j’ai eu plusieurs phases illustratives : au début tous les dessins étaient désespérés, après quoi un enfant Dante est né lentement, désorienté et effrayé qui m’a fait voir le côté comique. En mêlant les deux matières, drame et comédie, j’ai laissé quelques monstres de la première phase resitués dans une ambiance plus légère de bande dessinée, et laissé libre cours à des visions qui se débarrassent du poids de la tragédie.
Comme le dit Calvino dans ses conférences américaines, le défi est de faire coexister la légèreté avec la lourdeur.
À la troisième et à la quatrième lecture, si nécessaire, j’ai ajouté quelques vues que j’avais sautées et qui relient cinématographiquement les scènes avec des champs et des champs inversés, essayant d’envelopper l’espace multiple et onirique du voyage de Dante.
En regardant les vidéos éclairantes de Maria Soresina qui revisite la comédie dans une tonalité cathare, je continue encore d’ajouter des scènes et des personnages que j’avais omis ou que je n’avais pas compris.
J’espère que le résultat est un Dante non stéréotypé qui touche les lecteurs de tous âges pour nous faire réfléchir sur notre condition humaine comme seul le grand poète a su le faire depuis 700 ans.

280 illustrations


Guardaci ben! Ben son, ben son Beatrice!
Come degnasti d’accedere al monte?
non sapei tu che qui è l’uom felice?


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.